Le bulletin du centre de recherche
en développement humain
CRDH
 

Contenu

 
Volume 5, Numéro 2 - Printemps 2012 PDF Download Téléchargez ce numéro


Editorial:
Statistiques vitales du CRDH

Recherche et connaissances pratiques-: une combinaison gagnante
Par Melissa Simard

Faits saillants du congrès annuel du CRDH
Par Kiran Vadaga et Matthew Keough

Le CRDH est l'hôte d'un symposium sur la communication et l'engagement social chez les personnes âgées
Par Larry Baer et
Walter Wittich

Enquête sur la littératie-: Coup d'oeil sur la recherche au laboratoire
de la Dre Martin-Chang

Par Stephanie Peccia

Des nouvelles des anciens
Par Anne Bailey

Tête-à-tête avec les boursières et boursiers
du CRDH

Par Kelsey Dancause

 

Page d'accueil du CRDH

Inscrivez-vous à la liste d'envois

Transférez ce numéro

Pour vous enlever de la liste

Envoyez vos commentaires

Parutions archivées

dialogue-CRDH est un bulletin périodique produit par le Centre de recherche en développement humain.

 
 

Des nouvelles des anciens

Par Anne Bailey

Nous aimons bien savoir ce qu'il advient des anciens membres du CRDH et nous partageons avec vous ce que nous avons récolté. Un merci tout spécial à ces anciens qui nous ont informés de ce qu'ils font actuellement, de la façon dont leur expérience au Centre les a aidés, et nous ont confié des paroles de sagesse à transmettre aux étudiants d'aujourd'hui.

 


 

Sarah Fraser   Kevin Trewartha, Ph.D.,
Université Concordia, 2011 – neurosciences cognitives, psychologie

Dialogue : Où travailles-tu actuellement et sur quoi portent tes travaux ?

Dr Trewartha : Je suis boursier postdoctoral au Centre d'étude des neurosciences à l'Université Queen's à Kingston, en Ontario. Ma recherche traite des changements dans le contrôle sensorimoteur vers la fin de la vie adulte et de la relation entre les processus de ce contrôle et le fonctionnement cognitif.

Pour y arriver, nous explorons la relation entre l'état cognitif global et l'habileté d'effectuer des mouvements d'adaptation pendant qu'on soulève un objet ou qu'on essaie d'atteindre une chose à bout de bras.

Dialogue : En quoi ton expérience en tant qu'ancien étudiant membre du CRDH a-t-elle contribué au développement de ta carrière ?

Dr Trewartha : Le caractère multidisciplinaire des symposiums, des colloques et des congrès offerts par le CRDH m'a motivé à adopter ma propre multidisciplinarité dans la recherche sur les changements sensorimoteurs chez les personnes âgées. Mon appartenance au CRDH m'a permis d'acquérir des connaissances fondamentales sur les problématiques développementales à partir de diverses orientations, ce qui me fournit le contexte dans lequel j'évolue actuellement pour explorer la nature si diversifiée du vieillissement cognitif et sensorimoteur.

Dialogue : Si cela s'applique, comment incorpores-tu le transfert des connaissances à ton travail ?

Dr Trewartha : En tant que membre du Centre d'étude des neurosciences à l'Université Queen's, je participe à la semaine annuelle « Cerveau en Tête » au cours de laquelle des centaines d'étudiants de 6e année viennent à Queen's pour en savoir plus sur la recherche et le cerveau. Au cours de cette semaine, je prendrai en charge des petits groupes d'élèves pour leur démontrer les diverses tâches que j'utilise dans ma recherche et leur expliquer le but de mon travail et ce qui en ressort.

Dialogue : Quel conseil donnerais-tu aux étudiants membres actuels du CRDH en ce qui a trait au développement de carrière ?

Dr Trewartha : Souvent, l'examen de passage en milieu universitaire est le portfolio de publications. Cependant, je vous le dis, être étudiant laisse peu de temps pour devenir un auteur prolifique. Comme membre d'un centre de recherche comme le CRDH, vous avez accès à de multiples collaborateurs possibles. Essayez de tisser des liens avec les autres étudiants et vos mentors pour faire des projets secondaires. La collaboration est un excellent moyen d'améliorer sa productivité, tout en partageant la charge de travail avec des collègues. En plus, il est fort probable que ces liens se poursuivent après l'obtention de votre diplôme et vous fournissent des débouchés intéressants alors que votre carrière prend son essor.

Dialogue : Comment ton expérience au CRDH a-t-elle contribué à ton habileté à faire de la recherche en collaboration ou de la recherche interinstitutionnelle ?

Dr Trewartha : Le CRDH m'a non seulement permis d'établir des liens de collaboration avec d'autres membres du Centre, mais aussi avec des chercheurs de la communauté internationale. Au doctorat, le CRDH m'a accordé une bourse pour un stage international de recherche à l'Université de Birmingham, au Royaume-Uni. J'y ai établi une collaboration qui se poursuit toujours. Je suis certain que ces relations me permettront de garder les collaborateurs que j'ai, autant à Montréal qu'à Birmingham.

 


 

Johnatan   Lina Saldarriaga, Ph. D.,
Université Concordia, 2011 –
psychologie du développement

Dialogue : Où travailles-tu actuellement et sur quoi portent tes travaux ?

Dre Saldarriaga : Je travaille comme professeure adjointe à l'Universidad de los Andes à Bogotá, en Colombie. J'y ai poursuivi le processus entamé alors que j'étais dans le laboratoire du Dr Bill Bukowski. Mon principal intérêt de recherche est toujours dans le domaine des relations entre les pairs, et plus précisément tout ce qui touche l'amitié et l'inimitié.

J'essaie de comprendre comment ces relations peuvent aider ou nuire à des enfants à risque. L'autre aspect de ma recherche traite des comportements prosociaux. J'étudie les processus qui font que les enfants développent ces comportements et des attitudes positives envers leurs pairs dans un contexte colombien.

Dialogue : En quoi ton expérience en tant qu'ancienne étudiante membre du CRDH a-t-elle contribué au développement de ta carrière ?

Dre Saldarriaga : Je crois sincèrement que mon expérience au CRDH a été importante pour le développement de ma carrière de professeure et de chercheuse. D'un côté, cela m'a permis de mieux définir mes intérêts de recherche et à me concentrer sur des sujets qui m'étaient chers. D'un autre côté, je crois que le plus important a été d'apprendre à utiliser des stratégies pour résoudre des problèmes en général. Selon moi, ces précieux outils m'ont permis non seulement de résoudre des problèmes de recherche, mais aussi de surmonter des défis, tant sur le plan académique qu'administratif.

Dialogue : Si cela s'applique, comment incorpores-tu le transfert des connaissances à ton travail ?

Dre Saldarriaga : Dans un contexte comme la Colombie, le transfert des connaissances est non seulement important, mais impératif. À los Andes, nous tentons de travailler en étroite collaboration avec les agences gouvernementales pour incorporer certains résultats dans des programmes de prévention ou de politiques sociales. Je travaille, par exemple, comme consultante à l'agence gouvernementale de tests où nous essayons d'établir de nouvelles mesures qui tiennent compte de mes travaux sur le développement des compétences socio-émotionnelles.

Dialogue : Quel conseil donnerais-tu aux étudiants membres actuels du CRDH en ce qui a trait au développement de carrière ?

Dre Saldarriaga : Je leur dirais d'essayer de rendre leur recherche visible et utile à la communauté et au public en général. Il y a tellement de sujets intéressants étudiés au CRDH qu'il est vital de communiquer avec les agences gouvernementales et d'autres types d'organisations qui peuvent vraiment tirer parti des connaissances dérivées de ces recherches.

Dialogue : Comment ton expérience au Centre a-t-elle contribué à ton habileté à faire de la recherche en collaboration ou de la recherche interinstitutionnelle ?

Dre Saldarriaga : Apprendre à collaborer avec mes collègues a constitué une partie importante de ma formation au CRDH. Pendant que j'étais au Canada, la plupart des projets auxquels j'ai participé étaient faits en collaboration avec d'autres universités, aux États-Unis et en Colombie. Deux des habiletés principales que je retiens de mon passage à Montréal sont d'apprendre à coordonner les efforts et à utiliser des stratégies différentes, selon le contexte de recherche.

 


 

Natacha De Genna   Michael Benibgui, Ph.D.,
Université Concordia, 2010 – psychologie

Dialogue : Où travailles-tu actuellement et sur quoi portent tes travaux ?

Dr Benibgui : Je travaille pour l'administration des Services de santé mentale et d'abus de substances de la Ville de New York où j'y dirige le programme conjoint diagnostic-traitement, subventionné par le fédéral. J'agis également comme consultant en développement et évaluation de programmes et en analyse des résultats pour des organismes à but non lucratif et, enfin, je travaille à temps partiel en pratique privée dans une clinique de groupe à Manhattan.

Dialogue : En quoi ton expérience en tant qu'ancien étudiant membre du CRDH a-t-elle contribué au développement de ta carrière ?

Dr Benibgui : Pour moi, l'apprentissage du modèle scientifique-praticien est inestimable. En plus, je trouve très utile d'avoir appris à me concentrer sur des revues de littérature en profondeur et sur la pensée critique orientée vers le test des hypothèses. J'ai apprécié l'atmosphère collégiale qui règne au Centre et la perspective d'intégration en clinique et en recherche qu'il prône et me sert aujourd'hui dans mes différents postes. Enfin, je m'en voudrais de passer par-dessus les très utiles expériences vécues lors des stages dans les hôpitaux d'enseignement.

Dialogue : Si cela s'applique, comment incorpores-tu le transfert des connaissances à ton travail ?

Dr Benibgui : Il ne se passe pas une journée sans que j'aie à communiquer des données d'évaluations et de résultats au personnel, aux profanes et à ceux qui ont partie prenante dans nos travaux.

Dialogue : Quel conseil donnerais-tu aux étudiants membres actuels du CRDH en ce qui a trait au développement de carrière ?

Dr Benibgui : Choisissez votre spécialisation tôt. Faites ce qui vous passionne. Ne vous attendez pas que d'être clinicien de service satisfasse toutes vos attentes. De nos jours, les psychologues ne sont plus sur la ligne de front des services. Nous sommes plus souvent cantonnés dans des rôles d'administration, de direction et d'enseignement pour les autres professionnels de la santé (aux États-Unis, en tout cas).

Soutenez votre thèse dès que possible et publiez autant que vous le pouvez pendant que vous êtes à Concordia. J'ai commis l'erreur d'accepter une offre de type postdoctorale et d'autres postes de direction alors que je n'avais toujours pas soutenu ma thèse. En y repensant, c'était loin d'être idéal.

Ne procrastinez pas! Faites ce qu'il faut. Arrêtez de penser que tout doit être parfait.

Pour votre thèse, choisissez l'option des publications. Cela accélérera le processus et vous fournira une série d'articles comme premier auteur, si utile pour la prochaine étape.

Dialogue : Comment ton expérience au Centre a-t-elle contribué à ton habileté à faire de la recherche en collaboration ou de la recherche interinstitutionnelle ?

Dr Benibgui : La recherche interinstitutionnelle a toujours fait partie de mes études supérieures, avec l'Université de Montréal, McGill et l'UQAM. Le bilinguisme et la coédition de documents interinstitutionnels m'ont aidé à communiquer avec l'Université Columbia.et à y décrocher un postdoctorat.

 


 

Dahlia Fisher   Paula Ruttle, Ph.D.,
Université Concordia, 2011 –
psychologie du développement

Dialogue : Où travailles-tu actuellement et sur quoi portent tes travaux ?

Dre Ruttle : Je travaille avec la Dre Marilyn Essex à l'École de médecine et de santé publique de l'Université du Wisconsin, à Madison. Il s'agit d'une étude longitudinale portant sur plus de 400 personnes choisies in vitro et suivies jusqu'à la fin de l'école secondaire. Ces temps-ci, nous examinons les indicateurs psychobiologiques (p. ex. cortisol, DHEA, testostérone) de trajectoires de santé mentale (comme la dépression) et physique (comme l'obésité).

Dialogue : En quoi ton expérience en tant qu'ancienne étudiante membre du CRDH a-t-elle contribué au développement de ta carrière ?

Dre Ruttle : Être membre du CRDH m'a donné l'occasion de collaborer avec d'autres membres qui non seulement ont partagé leurs connaissances et leurs conseils, mais m'ont également donné la possibilité d'établir plusieurs autres liens que je n'aurais probablement pas eu la chance d'avoir autrement.

Dialogue : Si cela s'applique, comment incorpores-tu le transfert des connaissances à ton travail ?

Dre Ruttle : Je collabore actuellement avec des collègues de l'Université de la Colombie-Britannique et de l'Université McMaster à qui le gouvernement canadien a demandé de développer un instrument de dépistage devant être incorporé à l'examen des bébés en santé de 18 mois au Canada.

Dialogue : Quel conseil donnerais-tu aux étudiants membres actuels du CRDH en ce qui a trait au développement de carrière ?

Dre Ruttle : Pensez réseau, réseau, et encore réseau! Bonne chose, le CRDH est le tremplin parfait pour ça.

Dialogue : Comment ton expérience au Centre a-t-elle contribué à ton habileté à faire de la recherche en collaboration ou de la recherche interinstitutionnelle ?

Dre Ruttle : Grâce au CRDH, j'ai demandé et reçu une bourse du FQRSC pour aller étudier outre-frontière avec une sommité dans mon domaine. Un de mes mentors au CRDH m'a encouragée à travailler avec la Dre Elizabeth Shirtcliff (Université de La Nouvelle-Orléans). Après avoir fait un merveilleux stage avec elle, nous avons publié plusieurs articles et nous sommes restées en contact. Je travaille actuellement comme boursière postdoctorale dans le laboratoire d'un de ses propres mentors alors qu'elle était elle-même postdoctorante.

 


 

Nous remercions les docteurs Drs. Trewartha, Saldarriaga, Benibgui et Ruttle d’avoir bien voulu partager leur expérience avec nous. Nous aimerions pouvoir faire de même avec d’autres anciens du CRDH, afin d’en apprendre plus sur les divers secteurs où la recherche sur le développement humain est utilisée. N’hésitez pas à communiquer avec nous, à dialogue@crdh.concordia.ca, si vous désirez partager votre expérience dans les numéros à venir du Dialogue.

 

 

 

 

 
Quebec

CRDH est subventionné par
le Programme des regroupements stratégiques.


 
 

Éditeur
Larry Baer

Éditeurs associés
Rami Nijjar
Walter Wittich

 

Contributeurs
Anne Bailey
Ivy Brooker
Kelsey Dancause
Sarah Fraser
Erin Johns


Matthew T. Keough
Stephanie Peccia  
Melissa Simard
Kiran Vadaga

 

Conception graphique
KAI Design & Communication

Traduction
Logi-Trad

Concordia, UQAM, McGill, U de Laval, UQTR, U de Montreal


Tout le contenu du site, © 2012, CRDH. Tous droits réservés.

HTML Counter
Concordia UQAM Mc Gill Laval UQTR U de Montreal