Le bulletin du centre de recherche
en développement humain
CRDH
 

Contenu

 
Volume 5, Numéro 2 - Printemps 2012 PDF Download Téléchargez ce numéro


Editorial:
Statistiques vitales du CRDH

Recherche et connaissances pratiques-: une combinaison gagnante
Par Melissa Simard

Faits saillants du congrès annuel du CRDH
Par Kiran Vadaga et Matthew Keough

Le CRDH est l'hôte d'un symposium sur la communication et l'engagement social chez les personnes âgées
Par Larry Baer et
Walter Wittich

Enquête sur la littératie-: Coup d'oeil sur la recherche au laboratoire
de la Dre Martin-Chang

Par Stephanie Peccia

Des nouvelles des anciens
Par Anne Bailey

Tête-à-tête avec les boursières et boursiers
du CRDH

Par Kelsey Dancause

 

Page d'accueil du CRDH

Inscrivez-vous à la liste d'envois

Transférez ce numéro

Pour vous enlever de la liste

Envoyez vos commentaires

Parutions archivées

dialogue-CRDH est un bulletin périodique produit par le Centre de recherche en développement humain.

 
 

Enquête sur la littératie : Coup d'oeil sur la recherche au laboratoire de la Dre Martin-Chang

Par Stephanie Peccia

Sarah Fraser

Dre Sandra Martin-Chang, chercheuse au CRDH et professeure adjointe, département des Sciences de l'éducation à l'Université Concordia

Quand nous pensons à notre enfance ou aux moments où nous avons aidé notre frère ou notre sœur, notre fille ou notre fils à apprendre ses leçons, je suis certaine que nous pouvons nous rappeler avoir tenu dans notre main des cartes où un mot était écrit et avoir attendu que le mot soit lu à voix haute. C'est une des manières dont les enfants apprennent les mots hors contexte. Il y a, dans la littérature pédagogique, un débat à savoir si apprendre des mots hors contexte (p. ex. dans une liste) mène à un meilleur usage de ces mots que les apprendre dans le contexte d'une histoire. Auparavant, les chercheurs suggéraient que l'apprentissage des mots dans un contexte servait uniquement de béquille aux enfants qui avaient des déficiences en lecture et qu'apprendre à lire des mots isolés menait à un meilleur usage et à une meilleure reconnaissance des mots dans tous les contextes. Dans la dernière décennie, la Dre Sandra Martin-Chang, professeure en Sciences de l'éducation à l'Université Concordia, a participé activement à ce débat.

Sa recherche porte sur l'aisance des enfants pendant qu'ils lisent, et à quel point leur lecture est régulière, automatique, bien prononcée et prosodique. Contrairement aux recherches antérieures, elle a découvert que lorsque les enfants apprennent à lire des mots dans une histoire, ils ont plus de facilité à les lire correctement et plus rapidement dans des nouveaux contextes que s'ils les ont appris hors contexte.

La Dre Martin-Chang admet que lorsque les enfants peuvent lire correctement des mots isolés, ils n'ont pas besoin du contexte comme repère supplémentaire. Toutefois, sa recherche suggère que le contexte peut servir à l'apprentissage à long terme. Idéalement, les parents et les éducateurs devraient encourager l'aptitude de la lecture. « Quand les enfants lisent couramment, explique-t-elle, cela libère leur capacité de compréhension, et la lecture devient plus agréable. Alors que s'ils lisent difficilement, un mot à la fois, cela leur demande un effort et c'est presque impossible d'y prendre plaisir. » Il semble donc qu'en apprenant les mots en contexte, les enfants peuvent trouver que la lecture devient une expérience plus aisée et plus agréable.

Comme beaucoup d'enfants aiment les histoires, c'est donc un des bienfaits fondamentaux de la lecture en contexte. C'est peut-être pourquoi le temps que passent les enfants à lire par eux-mêmes entre en forte corrélation avec les habiletés de lecture et de compréhension. « Nous voulons, ajoute-t-elle, que les enfants puissent lire le mieux qu'ils peuvent afin qu'ils aiment ça [et] qu'ils le fassent d'eux-mêmes; c'est notre but ultime. »

Récemment, la Dre Martin-Chang a orienté sa recherche pour explorer la théorie selon laquelle plus la sémantique (le sens), l'orthographe (la graphie) et la phonologie (le son) sont intégrées étroitement dans la mémoire, plus la lecture sera facile. Cela implique que nous lisons plus vite les mots dont nous connaissons l'épellation que ceux que nous ne savons pas épeler. Inversement, nous lisons plus lentement des mots que nous épelons personnellement mal (nous avons tous une collection de ces mots) que ceux, aussi fréquents, que nous épelons correctement. Fascinée par cette théorie, tout en s'en méfiant, elle a décidé d'en vérifier la véracité. Elle procède maintenant à la collecte des données à ce sujet.

La recherche sur la littératie alimente continuellement en nouvelles idées le laboratoire de la Dre Martin-Chang, puisque les résultats d'une étude suscitent invariablement d'autres questions. Et le CRDH attend avec impatience d'en apprendre plus dans ce domaine et de tirer profit des méthodes toujours novatrices de cette chercheuse inspirante.

 

 
Quebec

CRDH est subventionné par
le Programme des regroupements stratégiques.


 
 

Éditeur
Larry Baer

Éditeurs associés
Rami Nijjar
Walter Wittich

 

Contributeurs
Anne Bailey
Ivy Brooker
Kelsey Dancause
Sarah Fraser
Erin Johns


Matthew T. Keough
Stephanie Peccia  
Melissa Simard
Kiran Vadaga

 

Conception graphique
KAI Design & Communication

Traduction
Logi-Trad

Concordia, UQAM, McGill, U de Laval, UQTR, U de Montreal


Tout le contenu du site, © 2012, CRDH. Tous droits réservés.

HTML Counter
Concordia UQAM Mc Gill Laval UQTR U de Montreal